Distributeurs à proximité
compo image

Termes de recherche fréquents

Distributeurs à proximité
  1. GESAL
  2. Conseil
  3. Portraits de plantes
  4. Herbes aromatiques, fruits et légumes
  5. Sauge officinale

Portrait

Sauge officinale

compo image

Besoins

Arrosage:
petit
Lumière:
Soleil
Entretien:
minimal

Période de récolte

Caractéristiques

Domaine d'application:
Massif, terrasse, serre, balcon
Hauteur:
Jusqu’à 80 cm
Couleur des fleurs:
Violet-bleu

Planter correctement

Planter la sauge

Sauge officinale pour le balcon et le jardin

Membre de la famille des labiées, la sauge (Salvia) est réputée depuis le Moyen-Âge pour être une des principales plantes médicinales en cas de refroidissement. La sauge officinale (Salvia officinalis) est particulièrement connue, y compris sous d’autres noms tels que sauge vraie, herbe sacrée ou thé d’Europe. Elle est appréciée non seulement pour ses vertus médicinales, mais aussi comme délicieux condiment pour la cuisine.

Botaniquement parlant, il s’agit d’un sous-arbrisseau - comme chez les autres herbes méditerranéennes les tiges plus âgées se lignifient tandis que les nouvelles ont un port herbacé. La sauge officinale peut atteindre 80 cm de haut. Ses feuilles aromatiques et ses jolies fleurs violettes apparaissant de mai à août sont caractéristiques.

La variété de sauge officinale pourpre « Purpurascens » à feuilles violettes est particulièrement jolie et, associée à d’autres plantes aromatiques, embellit particulièrement les parterres. La sauge naine compacte « Nana » de maximum 40 cm de haut est idéale en balconnière. Vous aimez les choses plus originales ?  La sauge officinale « Nazareth » qui embaume réellement le massepain pourrait alors vous intéresser.

La sauge est-elle mellifère ? 

La sauge officinale produit de mai à août de longues inflorescences aux fleurs généralement violettes, qui procurent une délicieuse nourriture aux pollinisateurs dans votre jardin. Les fleurs de sauge sont ainsi très plébiscitées par un grand nombre d’abeilles sauvages et domestiques, mais aussi par les papillons, les syrphes et les bourdons. Sa haute valeur nectarifère en fait une des plantes aromatiques les plus mellifères et elle est idéale dans une prairie fleurie. Retrouvez plus de conseils sur la création d’une prairie fleurie mellifère dans notre guide-conseil « Créer une prairie fleurie ».

compo image

Quelles sont les variétés de sauge ?

Outre la sauge officinale (Salvia officinalis), il existe aujourd’hui environ 900 variétés différentes de par le monde - dont beaucoup sont particulièrement adaptées à la cuisine, tandis que d’autres se distinguent d’abord par leurs vertus médicinales. Parallèlement, on compte également quelques variétés ornementales connues spécifiquement pour leur jolie floraison, telle la sauge des bois.

Nos six sauges condimentaires et médicinales favorites

1. La sauge fruit tropical (Salvia dorisiana), originaire d’Amérique centrale, invite les tropiques chez vous : ses grandes fleurs vert clair exhalent un parfum fruité et se prêtent particulièrement à la confection de tisanes, salades fraîches, mais aussi de desserts. Dans sa patrie d’origine, elle fleurit de novembre à mars. Sous nos latitudes, la sauge fruit tropical a toutefois besoin d’un emplacement suffisamment chaud et clair pour former ses fleurs roses.

2. La sauge ananas (Salvia rutilans) à la saveur tout aussi fruitée, arbore des fleurs rouge vif de la fin d’été à l’automne. Le délicieux parfum d’ananas de cette herbe aromatique mexicaine, est - surtout en été - parfaitement adapté à la réalisation de tisanes, mais également de desserts.

3. La sauge sclarée (Salvia sclarea), dont l’aire d’origine s’étend d’Asie Centrale à la Méditerranée, est particulièrement imposante dans les massifs de vivaces et d’herbes aromatiques. Atteignant jusqu’à un mètre de haut, elle produit des fleurs roses à violettes au goût intense et épicé, tout comme ses feuilles utilisables de différentes façons en cuisine. Les fleurs de la sauge sclarée sont également très appréciées des abeilles xylocopes, la plus grande espèce d’abeilles sauvages indigènes. Elle est généralement rustique jusqu’à environ -10 degrés, mais une protection supplémentaire contre le gel peut s’avérer utile - en particulier pour les jeunes plants. Il est alors préférable de les cultiver d’abord en pot avant de les repiquer en deuxième année.

4. La sauge commune (Salvia pratensis) indigène chez nous, pousse principalement au bord des chemins et dans les prairies. Ses fleurs bleu-violet, roses, mais aussi blanches, sont particulièrement appréciées des bourdons, ses principaux pollinisateurs. Cette vivace sauvage de 40 à 60 cm de haut, est une source de pollen précieuse pour les insectes de juillet à août. Mais cette variété de sauge est également utilisable en cuisine : elle rentre par exemple dans la composition de délicieux sirops avec du sureau, de la menthe ou d’autres herbes aromatiques. Généralement rustique chez nous, cette vivace survit sans problème à nos hivers.

5. Avec ses fleurs violet foncé, presque noires, la sauge cassis (Salvia discolor) offre un véritable point de mire dans les parterres d’herbes aromatiques. Ses feuilles claires et duveteuses dégagent un agréable parfum d’eucalyptus et se prêtent particulièrement bien à la confection de tisanes. Les fleurs, quant à elles, peuvent aussi être utilisées comme garniture dans les desserts.

6. La sauge blanche (Salvia apiana), originaire des contrées arides et chaudes du Nord-Ouest du Mexique et du Sud-Ouest des États-Unis, est également bien connue. En raison de son parfum intense, les peuples indigènes l’utilisaient déjà pour leurs rituels de fumigation.

Remarque : à la différence de la sauge officinale, la plupart de ces variétés de sauges, hormis la sauge commune et celle des bois, ne sont en principe pas rustiques et doivent être protégées du gel durant la saison froide.

Nos trois sauges ornementales préférées

Ces sauges ornementales, non comestibles, décorent parfaitement les massifs de vivaces ou d’herbes aromatiques.

1. La sauge des bois (Salvia nemorosa) est un grand classique des massifs de vivaces. Cette robuste vivace arbore une impressionnante floraison bleue à violette de mai à juillet, pour une hauteur de 80 centimètres. La sauge des bois séduit également les abeilles et autres pollinisateurs - et une fois rabattue, peut même refleurir en septembre. Sous nos latitudes, la sauge des bois est généralement rustique et supporte bien les températures négatives.

2. Avec ses inflorescences d’un bleu lumineux, la sauge farineuse (Salvia farinacea) est une autre favorite des massifs, balconnières et bacs. En fin d’été et à l’automne, la sauge farineuse égaye encore votre petit coin de verdure grâce à sa longue floraison qui s’étend de juin aux premières gelées. Elle fait très bon effet associée à des tournesols, des chrysanthèmes frutescents ou des scaevolas. La sauge farineuse n’est toutefois pas rustique et doit donc être cultivée chez nous en annuelle.

3. Les fleurs rouge vif, qui apparaissent de mai à septembre, font de la sauge écarlate (Salvia splendens) un point de mire par excellence. Dans son habitat naturel, cette plante herbacée originaire des régions tropicales peut atteindre plus d’un mètre de haut, mais sera cultivée chez nous comme une plante de balcon annuelle, à port compact.

Le bon emplacement pour la sauge

La sauge officinale (Salvia officinalis) est originaire du bassin méditerranéen et d’Afrique du Nord. Par conséquent, il faut offrir à cette plante arbustive un emplacement chaud et ensoleillé. En l’absence d’un tel endroit, elle se satisfera d’un emplacement semi-ombragé avec quelques heures de soleil par jour, dans la mesure où il y fait suffisamment chaud. Sur une terrasse ou un balcon, privilégiez par exemple la proximité d’un mur de maison qui irradie de la chaleur en été. Au jardin, un parterre ou une spirale d’herbes aromatiques se prêtent particulièrement à la culture de la sauge. La sauge officinale préfère les sols secs, perméables et calcaires, mais redoute en revanche l’humidité stagnante. Sur sols très argileux ou riches, faites un apport de sable pour améliorer et aérer la structure du sol.

Semer la sauge

Au printemps, il est temps de semer la sauge, soit à partir de mars sur le rebord de la fenêtre, soit directement en place à partir de la mi-mai. La température optimale de semis doit être comprise entre 18 et 22 degrés.

Semis de sauge sur un rebord de fenêtre :

1.) Remplissez vos plateaux de culture d’un substrat de multiplication et terreau pour herbes aromatiques. Une terre pauvre en nutriments est optimale pour la germination.

2.) Répartissez ensuite les graines de sauge et ne les recouvrez que très légèrement d’une fine couche de terre, car la sauge fait partie des graines dites à photosensibilité positive. Il est important de maintenir le semis toujours humide, en le vaporisant quotidiennement. Tendez un film plastique sur le plateau de culture jusqu’à germination afin d’augmenter l’humidité de l’air. Veillez toutefois à ce que le film ne soit pas en contact direct avec la terre et aérez régulièrement afin de prévenir l’apparition de moisissures.

Les graines germent en deux à trois semaines. Éclaircissez alors le semis pour que les plantules restantes aient suffisamment de place pour se développer. Laissez quatre à cinq plantules par pot. Dès la mi-mai, soit à peu près après les saints de glace, les jeunes plants sont suffisamment vigoureux pour pouvoir être repiqués en pleine terre ou dans un bac sur le balcon ou la terrasse. Généralement, ils ne devraient plus subir de gelées. À partir de mi-mai, vous pouvez aussi semer la sauge directement en place, à condition toutefois que la température du sol soit d’au moins 18 degrés, car les plantules n’aiment pas avoir « froid aux pieds ». Maintenez le semis suffisamment humide.

compo image

Planter la sauge

Qu’elle soit forcée en intérieur ou achetée comme jeune plant, après les dernières gelées, la mi-mai est la bonne période pour installer la sauge officinale (Salvia officinalis) dans le jardin ou sur le balcon. Vous pouvez installer sans problème votre sauge dans un parterre d’herbes aromatiques, un carré potager, mais aussi en balconnière ou dans un grand bac associée à d’autres herbes méditerranéennes aux exigences d’emplacement similaires, telles que du basilic, de l’origan, du romarin ou du thym.

Plantation de la sauge en parterre :

  1. Ameublissez d’abord la terre. Afin de bien nourrir les jeunes plants, incorporez directement à la plantation un engrais organique à diffusion lente dans la terre. 
  2. Plantez alors les sauges. Veillez à respecter un espacement de 30 à 40 centimètres pour permettre à la sauge de bien se développer.
  3. Tassez légèrement la terre et arrosez ensuite.

Plantation en pot :

  1. Choisissez un récipient suffisamment grand, car la sauge aime prendre ses aises et s’étaler. Le récipient doit être doté de trous de drainage pour évacuer l’excédent d’eau.
  2. Pour prévenir l’humidité stagnante, déposez une couche de drainage en granulés de pierre ponce au fond du pot.
  3. Puis ajoutez du substrat de multiplication et terreau pour herbes aromatiques, installez la sauge et arrosez copieusement.

Une plante pour les dieux

La sauge dite des devins était déjà utilisée par les Aztèques dans les cérémonies chamaniques en raison de ses effets psychotropes. En Allemagne, elle est considérée comme une drogue illégale depuis 2008 et ne peut donc pas être cultivée à domicile.

Entretenir correctement

Entretenir la sauge

Arroser la sauge

La sauge a tendance à préférer la sécheresse à l’humidité permanente. En règle générale : il vaut mieux arroser pas assez que trop peu - il convient donc de vérifier avant d’arroser si la terre est déjà complètement desséchée. Une fois bien enracinée, il ne faut l’arroser qu’en cas de sécheresse persistante et d’absence de précipitations. En effet, par fort ensoleillement, la terre peut se dessécher rapidement. Si vous avez planté votre sauge en pot, faites particulièrement attention à ses besoins - comme ses racines ne peuvent absorber que peu d’eau dans le pot, il peut s’avérer nécessaire de l’arroser régulièrement en été. Veillez au bon drainage de l’excédent d’eau, afin d’éviter l’humidité stagnante.

À quelle fréquence faut-il fertiliser la sauge ?

En général, la sauge requiert peu de nutriments. En pleine terre, une fertilisation annuelle avec un engrais organique à diffusion lente est suffisante. Incorporez celui-ci à la terre de préférence à la plantation. Dans le volume de terre limité d’un pot de fleurs, un apport régulier d’un engrais liquide doux, tel le Gesal BIO Engrais pour fruits et légumes, est recommandé pour favoriser une bonne croissance. À partir du mois d’août, interrompez les fertilisations afin de ne pas stimuler la croissance - les nouvelles pousses tendres n’arriveraient pas à maturité avant l’arrivée de l’hiver et gèleraient sous l’effet des températures glaciales.  

Rempoter la sauge

Comme la sauge officinale (Salvia officinalis) pousse très vite, il faut la rempoter régulièrement. Tous les deux ans, elle appréciera un pot plus grand qui lui procurera plus d’espace pour ses racines. Le printemps est le meilleur moment, avant la floraison. Pour ce faire, dépotez la sauge, démêlez un peu la motte et supprimez, si nécessaire, les racines desséchées ou pourries. Si la plante a déjà formé de robustes stolons et tiges, profitez de l’occasion pour la diviser et offrir les nouveaux plants à vos amis et voisins. Plantez les morceaux obtenus dans un substrat frais de multiplication et terreau pour herbes aromatiques et arrosez copieusement.

Récolter la sauge - voici comment valoriser cette herbe aromatique

Il est possible de récolter la sauge tout au long de l’année. Son arôme est particulièrement intense durant la période précédant la floraison. Vous pouvez soit cueillir les feuilles une à une sur la plante et les utiliser directement, soit couper plusieurs tiges, les suspendre tête en bas et les faire sécher. En outre, les feuilles fraîches ou séchées peuvent être utilisées pour préparer de délicieuses tisanes. La sauge permet de relever les plats italiens ou de réaliser une délicieuse sauce pour pâtes en la mélangeant avec du beurre. Vous pouvez également congeler les feuilles. Après les avoir lavées et séchées, placez les feuilles dans une boîte ou un sac de congélation hermétiquement fermé. Vous pouvez aussi en congeler de petites portions dans un bac à glaçons rempli d’eau ou d’huile.  

Les fleurs de sauge sont également comestibles. Attendez qu’elles se soient complètement ouvertes pour les récolter. Vous pouvez les utiliser en décoration de desserts, pour affiner des sauces ou encore en tisane. Récoltez les fleurs juste avant de les utiliser, car elles ne se conservent malheureusement pas. Comme les fleurs de sauge sont un véritable aimant à insectes, vous pouvez laisser une partie des fleurs pour que les insectes pollinisateurs assidus profitent, tout comme nous, de ces délicieuses fleurs.

La sauge comme plante médicinale

On prête à la sauge officinale (Salvia officinalis) de nombreuses possibilités d’utilisation comme plante médicinale. Utilisée en tisane ou en gargarisme, elle serait efficace contre les maux de gorge et les inflammations bucco-pharyngées. Elle serait par ailleurs également efficace contre les troubles gastro-intestinaux. Dotée de vertus anti-inflammatoires, elle est utilisable en usage externe contre les piqûres d’insectes ou sur des plaies.

compo image

Multiplier la sauge

La sauge officinale est facilement multipliable, pour en profiter encore plus. Le bouturage est ici la méthode la plus rapide et la plus pratique. Pour réaliser des boutures, coupez quelques pousses terminales entre la fin du printemps et le début de l’été, de préférence directement sous un nœud foliaire. Utilisez à cet effet un couteau bien aiguisé et non des ciseaux afin d’éviter d’écraser les tiges. Les morceaux de tiges doivent avoir environ trois à quatre paires de feuilles. Enlevez alors toutes les feuilles inférieures et coupez également les feuilles restantes de moitié environ. Plantez maintenant vos boutures dans des godets de culture remplis d’un substrat de multiplication et terreau pour herbes aromatiques et recouvrez-les d’un film plastique afin de garantir une humidité optimale. Installez-les à un emplacement lumineux et chaud, tel un rebord de fenêtre au-dessus d’un chauffage. Elles redémarreront en très peu de temps.  

Il est aussi possible de diviser la sauge pour la multiplier.

La sauge est-elle rustique ?

En dépit de son origine méditerranéenne, la sauge officinale est résistante à toute épreuve et résiste bien à l’hiver sous nos latitudes. Ce sous-arbrisseau vivace supporte des températures négatives jusqu’à -10 °C. Même si ses feuilles gèlent en hiver, la sauge redémarre généralement sans problème au printemps suivant. En pleine terre ou en pot, une protection supplémentaire contre le gel permet toutefois de la conserver au chaud, surtout dans les régions très froides ou si les plants sont encore jeunes.  

Si vous avez planté d’autres variétés de sauge en pot ou en pleine terre, il convient de bien vérifier si elles sont rustiques. De nombreuses variétés de sauge tropicales sont certes vivaces, mais pas sous nos latitudes. Il faut donc les cultiver en annuelles, comme la sauge fruit tropical ou la sauge ananas. En revanche, la sauge des bois et la sauge commune sont des variétés robustes qui supportent les températures froides.

Hivernage de la sauge

Pour protéger encore un peu plus votre sauge pendant la saison froide, couvrez le sol de paille ou de feuilles avant les premières gelées. Il peut s’avérer utile de recouvrir la sauge d’un non-tissé, surtout par journée ensoleillée, afin de la protéger contre la dessiccation hivernale. Celle-ci est due au fait que la plante ne peut pas absorber d’eau à cause du sol gelé, mais que l’humidité s’évapore simultanément par ses feuilles sous l’effet du rayonnement solaire - il en résulte un manque d’eau sévère et la sauge « se dessèche » littéralement.

En pot, enveloppez le bac dans un peu de toile de jute et placez-le à un endroit protégé, par exemple contre un mur de la maison. Une planche de bois sous le pot protège par ailleurs la plante contre les pieds froids. Les plantes plus jeunes peuvent aussi être hivernées dans un endroit clair dans un abri de jardin ou un garage. Le quartier d’hiver devrait être hors gel et les températures comprises entre cinq et dix degrés environ.

En hiver aussi, il faut veiller à ce que la sauge ne se dessèche pas complètement. Arrosez précautionneusement les sauges hivernées à l’intérieur dès que la terre est complètement sèche. Proscrivez l’humidité stagnante : la terre doit être humide, mais pas détrempée. Par temps sec, vous pouvez également arroser la sauge cultivée en pleine terre, mais uniquement s’il ne gèle pas.

Tailler la sauge

Dès qu’il n’y a plus de gelées sévères annoncées, le moment est venu de tailler la sauge, ce qui est normalement le cas en début de printemps - de la mi-février à mars. Ce sous-arbrisseau pourra alors former de nouvelles tiges jusqu’à l’hiver suivant. Car : si vous ne taillez pas la sauge, elle se dénudera par la base et ne formera que peu de feuilles.

La taille de printemps consiste à supprimer d’abord toutes les parties mortes ou malades. Ne taillez pas dans le bois,au risque de rendre difficile le redémarrage de l’arbuste. Vous pouvez rabattre les tiges juste au-dessus de la partie ligneuse. La sauge peut ainsi investir toute son énergie dans la formation de nouvelles pousses et de nouvelles feuilles. Taillez avec un sécateur propre et tranchant et en principe uniquement par temps sec, car une forte humidité peut augmenter le risque d’infection.

La sauge officinale peut également être rabattue juste après la floraison. Elle pourra ainsi redémarrer directement à l’endroit de la coupe au printemps suivant. Il ne faut toutefois pas tailler la sauge après le mois d’août afin de conserver sa rusticité à ce sous-arbrisseau.

La sauge d’ornement comme celle des bois peut être rabattue des deux tiers après la floraison. Dans ce cas, la taille dite de floraison remontante permet à la plante de refleurir à la fin de l’été. En effet, en supprimant les inflorescences, cette vivace n’investit pas ses forces dans la production de graines.

compo image

Ravageurs et maladies de la sauge

Grâce aux huiles essentielles qu’elle contient, la sauge est en principe bien armée contre les parasites, car son parfum intense effraie les insectes gênants. Toutefois, des pucerons peuvent occasionnellement s’attaquer à la sauge. Si seules quelques parties sont touchées, vous pouvez éliminer les tiges infestées. Mais si les pucerons se propagent davantage, nous recommandons d’utiliser des produits phytosanitaires biologiques comme Gesal Anti-maladies pour fruits et légumes.

Les maladies fongiques peuvent également se propager sur la sauge, surtout si la plante est affaiblie.  Ainsi, un revêtement blanc et farineux sur les feuilles de sauge traduit-il la présence d’oïdium. Si l’infestation est avancée, les feuilles brunissent en général avant de mourir. Supprimez le feuillage atteint pour endiguer toute propagation. Une humidité persistante peut favoriser l’apparition du champignon. Veillez donc à offrir à votre sauge un emplacement aéré et ensoleillé et à l’espacer suffisamment à la plantation par rapport à ses voisines de plate-bande afin que les feuilles puissent bien sécher. Pour lutter contre l’oïdium, utilisez de préférence un fongicide comme Gesal Anti-maladies pour fruits et légumes.

Partager

Inscription à la newsletter

Restez informés

Recevez des conseils d’entretien saisonniers et des inspirations concernant le jardin, le gazon, les plantes, la décoration et bien davantage dans notre newsletter.

 

MERCI BEAUCOUP POUR VOTRE INSCRIPTION!

 

Vous recevez dès à présent une confirmation électronique. Cliquez sur le lien qu’elle contient pour confirmer votre inscription.

Veuillez saisir votre adresse mail.

Veuillez confirmer votre accord en cochant la case.

compo image

Gesal. De belles plantes, tout simplement.

Peu importe que l’on ait deux mains gauches ou la main verte: ensemble pour une qualité de vie plus verte.

Suivez Gesal sur:

Service

En savoir plus sur Gesal