Distributeurs à proximité
compo image

Termes de recherche fréquents

Distributeurs à proximité
  1. GESAL
  2. Conseil
  3. Portraits de plantes
  4. Plantes d’intérieur
  5. Bonsaï

Portrait

Bonsaï

compo image

Besoins

Arrosage:
moyen
Lumière:
Soleil/semi-ombragé
Entretien:
moyen

Caractéristiques

Domaine d'application:
Intérieur, balcon, terrasse, jardin
Hauteur:
10 à 100 centimètres
Couleur des fleurs:
Plante verte, selon l’espèce fleurs blanches, jaunes, roses ou fuchsias

Planter correctement

Planter des bonsaïs

L’art du bonsaï

Représenter l’harmonie entre les éléments naturels, la nature vivante et l’homme - tel est l’objectif de l’ancienne forme d’art chinoise Penjing, dont fait également partie la culture traditionnelle des bonsaïs, apparue sous la Chine impériale. Déjà à l’époque, on reproduisait de petits paysages miniatures en pot constitués de petits arbres, de pierres, de mousse et de petits lacs, représentant les éléments naturels. Associé à une jolie coupe traditionnelle, œuvre de l’être humain symbolisant l’homme proprement dit, l’art du bonsaï réunit ainsi en un ensemble harmonieux les trois aspects - les éléments naturels comme les pierres et l’eau, la nature vivante sous forme d’arbres et de plantes ainsi que l’homme.

Le terme japonais « bonsaï » se traduit par « jeunes végétaux dans une coupe ». Les bonsaïs ne sont pas des espèces végétales spéciales, mais des versions miniatures de différentes essences, nanifiées par une culture et une taille spéciale. Les bonsaïs sont aujourd’hui très appréciés comme plantes d’intérieur et peuvent devenir très vieux sous réserve de soins appropriés, d’un peu de patience et d’attention.

Quelles sont les essences qui peuvent être utilisées comme bonsaïs ?

En principe, les plantes ligneuses les plus diverses conviennent comme bonsaïs. On privilégie essentiellement les arbres à feuilles caduques ou les conifères pour la culture des bonsaïs d’intérieur. Parmi les feuillus, ce sont surtout les essences des genres troène et nothofagus (hêtre de Magellan) qui jouent un rôle. Parmi les conifères, on retrouve fréquemment des bonsaïs d’ifs, de mélèzes ou de pin blanc du Japon, leurs petites aiguilles ainsi que leur port étant particulièrement séduisants, tout comme leur bonne tolérance à la taille permettant de les cultiver sans problème en miniature.

Les arbres les plus adéquats sont surtout ceux à petites feuilles, peu vigoureux et insensibles à la taille. Les mini-arbres à fleurs blanches ou roses, telles les jolies azalées Satsuki (Rhododendron indicum) apportent des touches de couleur.

Bonsaïs d’intérieur pour débutants

Le ficus taiwainais (Ficus retusa) et le Fukientee (Carmona microphylla) conviennent comme bonsaïs d’intérieur pour néophytes. Les feuilles vert foncé ponctuées de blanc et le port intéressant du Fukientee sont particulièrement séduisants. Le ficus ginseng a non seulement une croissance rapide, mais est de plus très robuste. L’orme de Chine (Ulmus parvifolia), le troène de Chine (Ligustrum sinense) ou le troène du Japon (Ligustrum japonicum) sont également faciles à entretenir et à tailler.

Veillez lors du choix de votre bonsaï à ce qu’il soit de bonne qualité et adressez-vous de préférence à un magasin spécialisé. Vous y trouverez des bonsaïs d’intérieur au port déjà prononcé, vous permettant de profiter d’une belle esthétique sans grands efforts.

Existe-t-il des bonsaïs pour le jardin ou le balcon ? 

Outre les bonsaïs d’intérieur très appréciés, il existe également des essences qui se prêtent particulièrement bien à la culture en extérieur - ce que l’on appelle les bonsaïs d’extérieur. Parmi ceux-ci figurent entre autres les représentants du genévrier, du hêtre, du pin ou de l’érable, car ils sont tous très robustes. Ainsi, l’érable palmé, avec ses feuilles rose vif, ou le hêtre commun de nos régions sont de véritables points de mire. Bien que les bonsaïs de jardin se plaisent en pleine terre, ils doivent être protégés des fortes gelées en hiver. En effet, le faible volume de terre et de racines dans la coupe favorise le gel de la motte, raison pour laquelle il est conseillé de les envelopper dans un non-tissé ou une toile de jute avant les premières gelées. Il est également possible de l’hiverner dans une caisse de bois remplie de paille ou de feuilles ou dans une pièce fraîche hors gel, à cinq degrés minimum, comme une serre ou un abri de jardin lumineux. Même en hiver, les bonsaïs d’extérieur ont besoin d’être arrosés régulièrement pour alimenter suffisamment leurs racines.

Quel est l’emplacement favorable à un bonsaï ?

Les bonsaïs sont originaires de régions tropicales comme le sud de la Chine ou Taïwan. Le fukientee et autres apprécient particulièrement un séjour lumineux et chaud, contre une fenêtre sans ensoleillement direct et sans courant d’air. La plupart du temps, les bonsaïs d’intérieur souffrent d’une faible humidité de l’air, les rendant plus vulnérables aux ravageurs. Il faut donc éviter en hiver de placer votre bonsaï directement au-dessus d’un chauffage. Pour augmenter l’humidité de l’air, installez le pot de bonsaï dans une soucoupe remplie de granulés de pierre ponce et d’eau. Vous pouvez par ailleurs brumiser les feuilles à l’eau non calcaire et créer ainsi une humidité ambiante agréable.

L’été, le bonsaï d’intérieur peut être sorti au grand air. Pour cela, habituez lentement dès fin mai le mini-arbre aux conditions de plein air, afin d’éviter les coups de soleil sur les feuilles. Selon les conditions météorologiques, votre bonsaï pourra rester en villégiature estivale jusqu’à mi-/fin septembre. Rentrez-le à l’intérieur dès que les températures descendent sous les 15 degrés.

Planter des bonsaïs

La culture d’un petit bonsaï requiert, outre la plante adéquate, une coupe plate dotée de trous de drainage pour évacuer l’excédent d’eau. Placez cette coupe sur une soucoupe pour pouvoir facilement jeter l’eau résiduelle. Il est important de cultiver le bonsaï dans un terreau spécial pour bonsaïs, comme le terreau bonsaï COMPO SANA® qui assure le bon drainage du sol et prévient ainsi l’humidité stagnante. Une couche de drainage en granulés de pierre ponce constitue une protection supplémentaire contre les pieds mouillés.

Entretenir correctement

Entretenir les bonsaïs

Arroser le bonsaï

Votre bonsaï d’intérieur doit toujours bénéficier d’un apport d’eau continu et suffisant. Le volume d’arrosage est fonction de l’essence choisie, de la température de l’emplacement et de la saison en cours. Testez avec le doigt pour savoir si votre bonsaï a soif : si la terre est sèche à quelques centimètres de profondeur déjà, reprenez les arrosages. Les bonsaïs préfèrent l’eau du robinet peu calcaire ou l’eau de pluie. Il est essentiel de ne jamais laisser la terre se dessécher complètement. Cependant, cet arbre miniature redoute encore plus l’humidité stagnante.

Conseil : plongez votre bonsaï dans un seau ou un grand bol d’eau. Laissez ensuite s’évacuer l’excédent d’eau par les trous de la coupe.  

Fertiliser le bonsaï

Pour conserver durablement votre bonsaï en bonne santé, nourrissez-le régulièrement avec un engrais liquide. Ainsi, l’engrais minéral Gesal Engrais cactées et bonsaïs est idéal pour fertiliser les bonsaïs d’intérieur et d’extérieur. Il assure non seulement un bon développement de la plante, mais aussi un port compact - car les feuilles du bonsaï doivent idéalement rester petites afin de conserver leur port caractéristique. Durant la période de croissance principale de mars à octobre, fertilisez votre bonsaï toutes les unes à deux semaines. Une fertilisation suffisante en fin d’été et à l’automne est importante pour bien le préparer à la nouvelle année, car à cette période, il forme déjà les primordia foliaires. Interrompez les fertilisations en hiver.

Le bonsaï perd ses feuilles - 3 causes

Différentes causes peuvent provoquer la chute des feuilles d’un bonsaï. Le bonsaï est en effet une plante très exigeante.

  • L’emplacement : s’il celui-ci est trop sombre, le bonsaï réagit souvent en se délestant de son feuillage. Il est donc essentiel de le placer à un endroit le plus lumineux possible, sans rayonnement solaire direct. En été, vous pouvez aussi laisser votre bonsaï d’intérieur prendre le soleil dans le jardin. Certaines espèces de bonsaïs, comme le célèbre Ficus « ginseng », perdent automatiquement leurs feuilles lorsque les conditions de luminosité changent - il n’y a donc pas nécessairement lieu de s’inquiéter si votre petit arbre est un peu dégarni pendant les mornes saisons d’automne et d’hiver. Les espèces de bonsaïs sensibles peuvent également perdre leurs feuilles à la suite d’un changement de lieu. Ici, une règle prévaut : être patient ! car après une phase d’acclimatation, le bonsaï redémarre.
  • Manque de fertilisation : la présence de feuilles jaunes et un ralentissement de la croissance peuvent être imputables à une carence nutritionnelle. En effet, le petit volume de terre ne délivre que peu de nutriments à l’arbre. Il convient donc de faire des apports réguliers d’engrais liquide.
  • Erreur d’arrosage : il est possible que votre bonsaï ait été trop arrosé. Il redoute en effet d’avoir les pieds mouillés, cette humidité risquant de faire pourrir les racines. Il est donc important que le substrat soit perméable et que l’eau puisse s’écouler. Si votre bonsaï pâtit d’humidité stagnante, rempotez-le le plus rapidement possible dans du terreau frais. Néanmoins, il ne faut pas négliger l’arrosage. En raison du faible volume de terre, les racines du bonsaï ne peuvent pas stocker durablement l’eau, raison pour laquelle un manque d’eau peut aussi provoquer une chute de feuilles.

Voici comment conserver la forme de votre bonsaï

La bonne technique de taille des bonsaïs est un art en soi. Il s’agit en définitive de reproduire un arbre au format miniature - pour ce faire des branches entières sont cintrées et ligaturées pour obtenir certaines directions et formes de croissance. Outre l’espace limité de la coupe, des tailles régulières permettent de conserver la forme miniature de l’arbuste.

Pour conserver un bonsaï compact et petit, il suffit de pratiquer une taille d’entretien régulière. La plupart des bonsaïs pour néophytes, comme l’orme de Chine (Ulmus parvifolia) ou les espèces de bonsaïs du genre troène (Ligustrum), sont très faciles à tailler. Il suffit à cet effet de supprimer les feuilles ou branches desséchées et de raccourcir les tiges qui se croisent. Lors de la taille de formation, coupez également l’apex des jeunes tiges. Cette taille d’entretien s’effectue de préférence pendant la phase de croissance, du printemps à la fin de l’été. Pour la taille, utilisez des ciseaux à bonsaï spéciaux et bien aiguisés.

Vous pouvez également pratiquer une taille de conception, comme pour les vrais arbres. Avec un style particulier en tête, définissez alors la forme recherchée de votre mini-arbre. 

Outre la taille des feuilles et des tiges, une autre taille est importante pour cultiver un bonsaï : celle des racines. Pratiquez celle-ci de préférence lorsque vous rempotez la plante.

Rempoter le bonsaï

Généralement, les bonsaïs doivent être rempotés tous les deux ou trois ans, une nécessité qui se manifeste par le fait que la terre n’absorbe plus correctement l’eau, car elle est totalement colonisée par les racines. Il est préférable de le rempoter au printemps, avant qu’il ne commence à débourrer. Contrairement à d’autres plantes d’intérieur, il faut replanter le bonsaï dans le même récipient et non dans un plus grand. Mais il est important de rabattre ses racines à chaque rempotage. Compte tenu de l’exiguïté, ses racines principales n’ont plus de place pour se développer et colonisent bientôt tout le substrat. Tailler les racines leur procure à nouveau plus d’espace pour se développer.

  1. Dépotez le bonsaï de la coupe et éliminez les vieux résidus de terre accrochés au collet. Si la motte est très compacte, vous pouvez l’aérer à l’aide d’une griffe à racines.
  2. Vous pouvez alors rabattre les racines aux deux tiers à l’aide de ciseaux à bonsaï.
  3. Couvrez d’un fin grillage les trous de drainage de l’eau de la coupe pour que le substrat ne les obstrue pas. Il est souvent utile de fixer le bonsaï à l’aide d’un fil de fer afin que l’arbre puisse s’enraciner en toute sécurité. En effet, un substrat encore meuble n’immobilise pas suffisamment la motte, au détriment de la croissance. Pour ce faire, avant d’installer le bonsaï dans la coupe, passez un fil de fer à travers les trous de drainage de la coupe et guidez-le jusqu’à ce qu’il dépasse en haut.
  4. Déposez une couche de granulés de pierre ponce au fond de la coupe pour le drainage afin de prévenir l’humidité stagnante.
  5. Placez ensuite le bonsaï dans la coupe et fixez la motte avec le fil de fer passé précédemment. Pour cela, pliez le fil de fer autour de la motte et tournez-le de manière à ce qu’il soit bien ajusté. Raccourcissez alors l’excédent de fil de fer.
  6. Remplissez ensuite la coupe d’un terreau spécial comme le terreau pour bonsaïs COMPO SANA®. Arrosez ensuite copieusement votre bonsaï.

Partager

Inscription à la newsletter

Restez informés

Recevez des conseils d’entretien saisonniers et des inspirations concernant le jardin, le gazon, les plantes, la décoration et bien davantage dans notre newsletter.

 

MERCI BEAUCOUP POUR VOTRE INSCRIPTION!

 

Vous recevez dès à présent une confirmation électronique. Cliquez sur le lien qu’elle contient pour confirmer votre inscription.

Veuillez saisir votre adresse mail.

Veuillez confirmer votre accord en cochant la case.

compo image

Gesal. De belles plantes, tout simplement.

Peu importe que l’on ait deux mains gauches ou la main verte: ensemble pour une qualité de vie plus verte.

Suivez Gesal sur:

Service

En savoir plus sur Gesal